Stop au copinage jusque bas dans les étages

Pour ceux qui auraient des doutes, je spécifie que tout ceci se passe dans notre charmante Suisse si tranquille…

J’ai eu “travaillé” ou plutôt survécu à des chambres de fortune qui servaient
de fumoir, d’habitat aux cafards, des cabines sans fenêtre, ni même aération.

J’ai vu des filles se faire virer pour avoir demandé des linges et des draps
propres (donc lavés et pas déjà utilisés une voir deux semaines durant ! -plusieurs mois s’agissant des draps), d’autres pleurer parce qu’elles avaient été vendues. On m’a crié dessus pour avoir réclamé.

J’ai appris que certaines avaient été battues, puis renvoyées chez elles avec un “pactole” dérisoire pour acheter leur silence.

J’ai été moi-même exploitée et abusée jusqu’à perdre la notion de la réalité, des convenances, de la loi du silence.

J’ai vu que sur les caméras, on se rinçait l’œil plutôt que de chercher des solutions pour améliorer les conditions des travailleuses.

J’ai vu la police contrôler ces établissement sans rien dire et en interdire d’autres qui respectaient d’avantage les conditions de base. Les policiers n’approuvaient pas forcément mais les politiques protègent la bêtise allègrement quand elles y ont des intérêts proches ou lointains.

J’ai vu qu’avec un nom, on pouvait ouvrir et fermer un bordel sans problème et sans autorisation, échapper à l’imposition et à toutes formes de restrictions. Exploitation de mineur par un proxénète, trafic de stupéfiants par un autre, traite d’êtres humains, après tout, ce n’est que le peuple, bonnes gens, passez votre chemin.

J’ai vu que celles et ceux qui n’avaient pas de papiers se faisaient attraper après avoir été usés. Usés par les patrons, par les clients et par l’omerta.

Avant de me réclamer quelques heures de misère, quelques heures de galère, assurez-vous que les locaux et les dispositions remplissent toutes les prescriptions, qu’eux et vous êtes en dehors de toute corruption.

Stop au copinage jusque bas dans les étages.

La Fée Morgane