Soumission, humiliation

Soumission, humiliation… Cet étrange mélange de culpabilité, ce combat moral dont la fibre se tend jusqu’à la dernière extrémité, ce renoncement au plaisir immédiat pour accéder à une explosion de sensations, toutes plus intenses les unes que les autres, mystérieuses et magiques, ce cheminement vers une recherche d’autre chose, c’est un appel à explorer nos limites, à nous dépasser…
Pénétrer ton esprit pour en extraire rêves et chimères, trouver ta position dans les labyrinthes de la conscience, te diriger vers des chemins à s’y perdre jusqu’à les connaître tellement qu’ils finissent par nous céder leurs clefs.
Laisse-toi aller dans une progression de douceurs qui mènent à des douleurs impalpables. Accorde-moi ta confiance pour que je puisse y puiser toute l’essence de ton plaisir.
Confie-moi ta conception de la volupté, je trouverai les accords donnant naissance à quelque mélodie. Puisse ce chant t’élever vers d’infinies nuées, parsemées d’étoiles et d’aurores boréales !

 

La Fée Morgane

Ode à la beauté

Au-delà des humaines espérances, les notes d’une lointaine évasion, dans les profondeurs et les souffrances d’un absolu bien humain et dans la réalité et l’oppression d’un bonheur insaisissable, juste une seconde, l’esprit calme de valeurs intarissables, quand la douleur se fait écho à des aspirations plus profondes, c’est le temps de toucher à la beauté dans sa fougue incorruptible, le charme de ses attentes, le ravissement de mon esprit, traduite à l’oeil, à l’oreille ou l’intention, mouvante perception, harmonieuse pensée rayonnant sur la clairière des idées…

 

La Fée Morgane

Vieille enfant

À toi que le regard fait mourir, parce que je t’avais promis, il y a longtemps.

(Parce qu’un handicap, c’est dans la tête des gens.)

Elle est vieille cette enfant,
C’est dommage parce qu’elle est un peu belle.
Elle ne parle pas de sa différence tout haut,
Même si son regard s’en charge comme il faut.

Elle est vieille cette enfant,
C’est dommage parce qu’elle me rappelle,
Le temps des coquelicots et des ballades à la plage,
Le temps d’écouter et d’admirer le paysage.

Elle sait rire de tout
Mais ce qu’elle préfère surtout
C’est écouter la connerie
Que les garçons lui racontent avec poésie.

Elle est vieille cette enfant,
Elle cherchait l’occasion
D’apprécier l’intention
Du présent instant.

Au prix de décisions
De matérielles attentions,
Elle a manqué de présence,
Elle a manqué de constance.

Elle est vieille cette enfant,
Et son regard me demande tranchant,
Si la pitié est un charmant présent,
Si elle donne le droit d’être innocent ?

 

La Fée Morgane