Le Feu

Une flamme et ma conscience s’allume.
C’est ma vie qui s’éteint…
Des cendres, comme celles du corps,
Le corps semi-mort qui aspire la flamme.
Combat contre moi,
Contre ce plaisir indécent qui toujours m’appelle;
Comme une monotonie qu’on apprivoise avec envie.
Et cette âpreté, du même gris que l’effluve,
Dans une vague hivernale, c’est elle qui semble me rapprocher,
Du temps des flocons,
Où tôt ce matin, le brouillard s’est levé pour brimer le vide,
Pour compenser l’absence…
Entre ma bouche et mes doigts s’opèrent un étrange rituel,
Et j’entends mon esprit murmurer une sourde ritournelle…
Il faut arrêter. Il faut arrêter.
C’est un coupable rappel qui me force à songer,
À ta parcimonie, Épicure, que les temps ont altérée,
Mais qui fut le possible accès à toutes les majestés…

 

La Fée Morgane