Naître ou ne pas être

Naître ou ne pas être ?

Un individu dépouillé de ses droits avant même sa venue au monde
Pousse un cri, ici-bas, “Apatride” quel nom immonde !
Dans le ventre de sa mère, terrorisé jusqu’au blasphème,
Le coeur déjà ouvert sur l’horreur et l’anathème !
Comment avez-vous pu, bêtes infâmes,
Battre Pietà comme on bat tambour,
Extorquer de son sein les deux âmes,
Où elle avait caché son amour ?

Vous avez pris, nation sans loi ;
Le mépris et le désarroi,
Vous vous les êtes arrogés,
Au détriment du droit !

Quelle ignominie, quel scandale, calomnies !
Lorsque l’état emprunte l’homélie,
Afin d’oindre de crasse la vilainie.

Qui êtes-vous enfants sans droit ?
Inexistante est leur foi.
Comment ont-ils pu vous laisser l’appât
Et des parjures, et des scélérats ?

Qui êtes-vous vous dont les voix
Que les adultes n’entendent pas ?
Qui êtes-vous vous dont les vies
Ne monteront jamais jusqu’au parvis ?
Qui êtes-vous vous dont l’ennui
Charge l’univers de mélancolie ?

Qui sommes-nous nés
De putains ou de prostituées ?
Qui sommes-nous, nous montrés
Comme des mules invétérées ?

Naître ou ne pas être ?
Paraître ?
Au nom de qui ? Au nom de quoi ?
Et pourquoi ;
N’éléverai-je pas la voix ?

Moi la pute,
Celle que vous faites damnée,
Sous le joug de mortelles idées !

Celle qui tâche l’immaculée candeur,
Le mortel ennui,
De ces messieurs qui vont faire la messe à minuit !

Celle qui cache de torpeur,
Le viol perpetré dans l’imagination
De celui qui ne rendra pas réelle sa funeste vision !

Messieurs, Mesdames, aiguisez vos flûtes,
La catin a de beaux lendemains !

Lorsqu’elle inondera de plaisir
Tout ce que le peuple n’osait dire,
Il vous fera beau rire,
C’est le peuple qui vous fera frire !

La Fée Morgane

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *