Faut-il ? (Ma faute à moi)

Leurs mots se brisent sur moi,

Trop tôt lancée sur des chemins aux pierres brisées,

On me reproche leurs tranchants.

Douceur, ici n’est pas ta place.

 

Il faut dire les chansons qui rassurent.

Les fous vont aux fous et ce sont eux qui font leur chemin.

Ni victime, ni coupable,

Je dépose des larmes sur ce monde si lointain.

Non, je ne leur dirai plus ma détresse.

Ils préfèrent voir fleurir la graine sans connaître son histoire.

 

Un livre ouvert, un livre brûlé,

Il n’y a plus de couverture ;

Le murmure du temps a tout emporté.

 

Il faut dire les chansons qui rassurent.

Il faut chanter les berceuses.

Il faut cacher la misère sous un tapis de poussière.

Il faut, il faut, il faut.

 

La Fée Morgane

Facebooktwitterredditpinterestlinkedintumblrmail

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *